Vaires-sur-Marne, vendredi 13 avril 2018. La municipalité n’entend pas recevoir une aire d’accueil de gens du voyage sur un terrain en entrée de ville à proximité de la ligne TGV. LP/Hendrik DelaireL’agglomération Paris-Vallée de la Marne cherche un terrain pour implanter une aire d’accueil des gens du voyage à Chelles ou à Vaires, mais les deux communes se bornent à proposer des terrains déjà retoqués.

« Je veux bien accueillir quatre ou cinq caravanes comme nous l’avons fait par le passé, mais c’est à la plus grande commune de l’agglomération et du département d’assumer ces obligations. »

La maire de Vaires-sur-Marne, Isabelle Recio (LR) n’entend pas se faire imposer l’implantation d’une aire d’accueil des gens du voyage sur sa commune.

Un terrain de la ville avait pourtant été identifié comme un site potentiel pour implanter cette aire après que la préfecture a épinglé le mois dernier la communauté d’agglomération Paris-Vallée-de-la-Marne (PVM).

« Il manque 28 places dans le nord de l’agglomération. Parmi les sites déjà examinés, aucun n’a encore pu être identifié comme pouvant accueillir un terrain dans des conditions acceptables en termes de sécurité », explique les services de la préfecture.

La gestion des aires relevant de l’intercommunalité, les services de PVM et de la préfecture avaient identifié deux terrains de la SNCF à Chelles et à Vaires-sur-Marne sur le territoire de l’ex-Marne-et-Chantereine, retoqués faute de conditions de sécurité et surface acceptables.

« Nous ne disposons pas des 7500 m² de foncier sur ces communes. Il faut que nous trouvions en accord avec les maires concernés un terrain disponible pour pouvoir respecter nos engagements », précise Paul Miguel (PS), président de l’agglomération.

Mais aucune des deux municipalités ne semble se bousculer pour proposer un nouveau terrain. « Le seul terrain proposé sur notre commune est une servitude SNCF située en lisière du Bois de Vaires, classé en zone Natura 2000. Il est impossible d’y implanter l’aire et le reste de la commune est saturé », assène Isabelle Recio, qui rappelle qu’aucune aire d’accueil n’était prévue à Vaires dans le schéma départemental d’accueil des gens du voyage approuvé par arrêté préfectoral en 2013.

La municipalité de Chelles se borne à reproposer le terrain de la gare de triage sud, faute de foncier disponible ailleurs sur le territoire de la commune.

La préfecture, PVM et les communes concernées tenteront de trouver un terrain d’entente lors de la commission départementale consultative des gens du voyage le 15 mai prochain.

Hendrik Delaire

(Source : Le Parisien - Edition 77 Nord - 24 avril 2018)