Pour le moment aucune décision n’a été prise mais l’aire doit voir le jour avant l’été. (Photo d’illustration) (©La Marne)L'aire d'accueil de 30 places sera-t-elle implantée à Vaires-sur-Marne ou à Chelles ? Telle est la question. Pour le moment rien n'est acté.

Mardi 27 mars, la préfète, Béatrice Abollivier et Gérard Branly, sous-préfet de l’arrondissement de Torcy, se sont rendus à l’invitation du président de la communauté d’agglomération Paris Vallée-de-la-Marne, Paul Miguel, à une rencontre avec les douze maires de l’agglomération.

À l’occasion du tour de table, la question de la mise en conformité du territoire avec les dispositions du schéma départemental d’accueil des gens du voyage a été évoquée et notamment sur le secteur nord du territoire qui ne dispose pas d’aire d’accueil de caravanes.

Isabelle Recio, maire de Vaires-sur-Marne :

" Nous avons l’obligation de nous mettre en conformité "

Les élus principalement concernés (Chelles et Vaires-sur-Marne) ont présenté les terrains qui ont déjà été expertisés et n’ont pu être retenus, en grande partie pour des raisons de sécurité du site, pour accueillir une aire.

Une décision rapide

La municipalité de Chelles a proposé un terrain au sud de la gare de triage, mais il n’a pas été validé. Elle explique ;

" Ce n’est pas le plus adapté mais nous avons proposé un terrain. Nous n’avons pas d’autre foncier disponible, nous proposerons à nouveau le même terrain "

De son côté, la Ville de Vaires affirme que le terrain proposé par Chelles était à la frontière des deux communes mais pour le moment Vaires n’a pas d’autre terrain. « La préfète souhaite que la décision soit rapide alors il va falloir trouver. Mais pourquoi ma ville doit-elle trouver un terrain ? Nous avons tous des contraintes de territoire. Historiquement, Vaires possédait quatre places et c’était très bien », affirme le maire.

L’aire d’accueil sera peut être divisée entre les deux communes, cependant elle devra être prête pour l’été.

Lutter efficacement

Le préfecture indique :

" La volonté d’aboutir a toutefois été réaffirmée par les élus. La conformité au schéma départemental permet de lutter plus efficacement contre les installations illégales de caravanes "

L’expulsion de ces caravanes peut alors se faire par un arrêté préfectoral qui peut être pris dans des délais très brefs alors qu’une procédure judiciaire menée devant le tribunal de Grande Instance, nécessairement plus longue, s’impose aux territoires qui ne sont pas en conformité avec le schéma.

(Source : Journal La Marne - 05 avril 2018)

Maëlys Dolbois