Chelles, vendredi 9 mars 2018. Le président de la métropole du Grand Paris, Patrick Ollier (LR) (à droite) a visité avec le maire Brice Rabaste (LR) (centre droite) le site « Castermant », dont la municipalité présente la candidature à la seconde édition du concours « Inventons la Métropole du Grand Paris ». LP/Hendrik Delaire

Le président de la Métropole du Grand Paris, Patrick Ollier (LR) a visité ce vendredi le site de l’avenue du gendarme Castermant, dont la municipalité de Chelles présente le projet de réaménagement au concours « Inventons la Métropole du Grand Paris ».

« Je venais découvrir un futur site du Grand Paris et je découvre un fabuleux trésor du patrimoine francilien ». En visite à Chelles ce vendredi, Patrick Ollier (LR) a été émerveillé par la collection de bus du Musée des transports urbains de France de Chelles.

Le président de la Métropole du Grand Paris visitait ce vendredi en compagnie du maire de Chelles Brice Rabaste (LR) le site de l’avenue du Gendarme Castermant, dont fait partie le musée. Un secteur dont la municipalité entend présenter le projet de réaménagement à la seconde édition du concours « Inventons la Métropole du Grand Paris ».

Sur cette zone en majorité en friche de 12,5 hectares, cohabitent notamment le vieillissant centre technique municipal en passe d’être déménagé, l’école élémentaire Lise London, ainsi que le musée.

Comme de nombreuses municipalités et intercommunalités, Chelles veut profiter de ce concours qui s’est imposé comme la plus grande consultation publique pour attirer les investisseurs et les aménageurs les plus renommés.

« Nous voulons construire une école, des microcrèches et plusieurs centaines de logements mixtes dans ce secteur situé à 1,5 kilomètre de l’hypercentre de Chelles et de la future station de la ligne 16 du Grand Paris Express », explique le maire Brice Rabaste.

Le fait que Chelles ne fasse pas partie du territoire de la Métropole du Grand Paris ne pose pas problème selon son président.

« Chelles fait partie de la zone dense continue, on peut dépasser les frontières du Grand Paris sans pour autant les élargir tant que nous restons dans un projet cohérent à l’échelle d’un bassin de vie », explique Patrick Ollier.

« Nous voulons bénéficier de la force de frappe du Grand Paris pour bénéficier des projets des meilleurs cabinets d’architectes et d’aménageurs nationaux voire internationaux », renchérit le maire.

Chelles n’est d’ailleurs pas la première commune seine-et-marnaise à faire un appel à projets via ce concours, puisqu’un projet de bureaux écoresponsables présenté par la ville de Lieusaint avait été lauréat du concours en octobre 2017.

Le projet sera officiellement dévoilé jeudi prochain au Marché international des professionnels de l’immobilier (Mipim) à Cannes (Alpes-Maritimes) et le lauréat du concours sur ce projet sera connu en mai 2019.

Hendrik Delaire

(Source : le Parisien - Edition 77 Nord - 09 mars 2018)