Le Chellois a été déporté en mai 1944. (Photo d’illustration) (©La Marne)Ce Chellois a été déporté en mai 1944 et faisait partie du Convoi 73 au départ de Drancy. Pendant 50 ans il était tombé dans l'oubli, lui valant le nom de « Convoi des oubliés ».

Comme toutes les semaines, nous recevons le lundi les extraits d’état civil au journal. L’un d’eux interpelle la rédaction :

Yaboa Benveniste, décédé le 20 mai 1944 à Kaunas ou Pravieniskès ou Reval, mort en déportation en date du 20 novembre 2017 .

Pourquoi cette annonce 73 ans après la mort de ce Seine-et-Marnais habitant à l’époque au 29, avenue Pierre-Curie dans le quartier de Chantereine ?

A LIRE AUSSI: Henri, le dernier survivant du convoi 73 témoigne

Yaboa Benveniste a été déporté en mai 1944. Depuis le camp de Drancy, il a fait partie du « Convoi 73 » à destination des pays Baltes. C’est un fait exceptionnel. C’est le seul convoi à prendre la direction de l’Estonie ou de la Lituanie.

Généralement, les convois partant de Drancy avaient pour destination les camps d’extermination d’Auschwitz, Majdanek, Sobibor ou Buchenwald. Aujourd’hui encore, la décision d’envoyer ce convoi vers les pays Baltes reste un mystère.

« Le convoi des oubliés »

On suppose que les 878 hommes (aucune femme ni enfant, autre fait unique) de ce convoi allaient participer à la construction d’ouvrages de génie civil.

Une fois au fort de Kaunas, les 878 hommes sont séparés. Certains seront fusillés dans la forêt de Pravieniskès quand d’autres seront emmenés dans les geôles du fort 9 de Kaunas.

Une autre partie du convoi atteindra la prison de Reval où les exécutions sommaires se poursuivront pendant plusieurs jours. Sur près de 900 hommes, 22 seront rescapés.

A LIRE AUSSI: Convoi 73, le train des oubliés

Parmi les camarades d’infortune de Yaboa Benveniste, on trouve notamment André et Jean Jacob, père et frère de Simone Veil.

Pendant 50 ans la trace de ce convoi est perdue. Il faudra la découverte d’une inscription sur le fort 9 de Kaunas pour retrouver le passage de ces Français déportés. Ils y ont gravé de leur main « Nous sommes 900 Français… ».

Cette disparition de plusieurs décennies a valu au Convoi 73 le nom de « convoi des oubliés ». Aujourd’hui, une stèle au cimetière du Père Lachaise commémore la mémoire de ces 878 personnes.

73 ans après

Depuis le 20 novembre 2017, l’acte de décès de Yaboa Benveniste porte la mention « mort en déportation ». Le 15 mai 1985, une loi institue:

" la mention honorifique « Mort en déportation » qui est portée en marge de l’acte de décès pour toute personne ayant résidé sur le territoire français. "

A LIRE AUSSI : La liste des 878 déportés du convoi 73

Elle s’adresse à toute personne morte dans des camps de concentration et d’extermination ou lors de transferts.

Cette demande de mention peut être faite par les familles ou par des associations. La loi stipule que:

  " La mairie du dernier domicile connu est invitée à effectuer la transcription de la mention en marge de l’acte de décès. "

En 2015, la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam a adressé une question ouverte au secrétaire d’État chargé des anciens combattants et de la mémoire. Elle indiquait qu’au 6 janvier 2015, 71 977 des 115 500 personnes mortes en déportation auraient fait l’objet d’un acte de décès. Aujourd’hui Yaboa Benveniste ne fait plus parti des oubliés.

Pierre Veille

(Source : Journal La Marne - 14 janvier 2018)