Les malfaiteurs ont lancé sur la route tout ce qu’ils avaient sous la main, dont des outils. (©Pixabay)Les trois malfaiteurs ne voulaient vraiment pas coopérer avec les forces de l'ordre. Pour fuir, ils ont mis en œuvre une technique bien particulière.

Dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 décembre, les forces de l’ordre s’apprêtent à interpeller quatre malfaiteurs, présumés auteurs de plusieurs vols à la roulotte. Mais les quatre hommes ne sont pas de cet avis, ils décident de prendre la fuite et tentent de semer la police.

Il est environ 1 h du matin quand une patrouille de la brigade anticriminalité départementale repère un véhicule Renault Kangoo qui commet une infraction au Code de la route : la voiture grille un feu rouge avenue Jean-Jaurès, à Brou-sur-Chantereine. Les forces de l’ordre s’approchent pour intercepter le véhicule mais le conducteur donne un coup de volant pour prendre la fuite.

Course-poursuite

Le jeu du chat et de la souris n’est pas terminé. Les malfaiteurs s’engagent très rapidement dans une rue en sens interdit pour semer les policiers mais rien n’y fait. Le conducteur prend alors trois ronds-points à contresens et manque de percuter des voitures. Un pneu est crevé mais qu’importe. Durant cette course-poursuite, ils traversent les communes de Brou, Chelles et Courtry.

En voyant que les forces de l’ordre sont toujours à leurs trousses, les quatre malfaiteurs tentent une autre technique : ils ouvrent la porte glissière du véhicule et jettent des outils ainsi que plusieurs objets sur la chaussée afin de faire perdre le contrôle aux policiers.

Auteurs des vols

Finalement, le conducteur du Kangoo va heurter assez violemment des plots en béton, à Courtry. La voiture est enfin stoppée. Trois des quatre individus à bord ont été interpellés, ils sont âgés de 17, 18 et 19 ans, deux vivent à Courtry et sont connus des services de police. Ils ont été placés en garde à vue au commissariat de Chelles, où ils ont reconnu être les auteurs des vols à la roulotte durant leurs auditions.

Ils ont été relâchés et seront convoqués au tribunal pour « recel de vol » et « refus d’obtempérer.

Maëlys Dolbois

(Source : Journal La Marne - 26 décembre 2017)