Le prévenu a été incarcéré à l’issue de l’audience. LP/Sébastien Roselé

Le prévenu a été incarcéré à l’issue de l’audience. Il roulait à toute vitesse dans les rues de Chelles, sans permis, au volant d’une voiture volée, avant d’être interpellé.

« Pourquoi vous ne vous arrêtez pas quand la police met le gyro et le deux-tons ? », a demandé la présidente Emmanuelle Teyssandier-Igna au prévenu, jugé ce lundi par le tribunal correctionnel de Meaux, pour refus d’obtempérer, violence aggravée, recel de vol et conduite sans permis. Réponse de l’intéressé : « J’étais stressé, j’ai pas réfléchi ».

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 2h30, ce Parisien de 18 ans avait pris la fuite devant une patrouille de police de Chelles, alors qu’il était au volant d’une Renault Laguna volée. Il avait roulé à plus de 100 km/h dans les rues, grillant stops et feux rouges, avant de s’engouffrer par erreur dans une impasse à Gagny (Seine-Saint-Denis).

Et là, le chauffard n’avait pas hésité à faire une marche arrière, sa Laguna atterrissant sur le capot du véhicule de police. Deux des fonctionnaires s’étaient jetés au sol, le troisième avait été blessé au bras. « Je savais pas que j’avais mis une marche arrière. Mon intention, c’était de m’arrêter », a tenté de faire croire le prévenu, qui a été condamné à dix mois de prison, dont cinq ferme, avec mandat de dépôt.

C’est peu de dire que le tribunal n’a pas apprécié son casier judiciaire : le jeune homme avait déjà été condamné pour refus d’obtempérer et conduite sans permis ! « Les avertissements de la justice, cela ne vous concerne pas, c’est ça ? Tous les mois on juge des gens qui en ont tué d’autres sur la route. Et la salle d’audience est pleine de gens qui pleurent ! », s’est emportée la présidente. Le parquet avait requis un an de prison, dont six mois ferme, avec mandat de dépôt.

Guénaèle Calant

(Source : Le Parisien - Edition 77 Nord - 04 décembre 2017)