Illustration. Le jeune homme a été placé en garde à vue en fin de semaine dernière, au commissariat de Chelles. LP/Hendrik Delaire

C’est une simple histoire de rétroviseur qui est à l’origine du coup de sang d’un Chellois, le 30 août dernier. Il a été condamné à quinze mois de prison, dont huit ferme, par le tribunal correctionnel de Meaux, ce mardi.

« Si ça avait été Teddy Riner dans la voiture, vous l’auriez insulté avec ces termes-là ? », a demandé la présidente Joëlle Nahon au jeune homme agressif, planté derrière la vitre du box du tribunal correctionnel de Meaux, mardi.

Ce Chellois de 28 ans était jugé pour violence, mise en danger de la vie d’autrui, menace de mort et dégradation. Le 30 août, alors qu’il était à bord de sa Citroën C3, il avait poursuivi, dans les rues de Chelles, deux jeunes femmes qui circulaient à bord d’un Honda Civic. Il a été condamné à quinze mois de prison, dont huit ferme, avec mandat de dépôt.

« Elle avait touché mon rétro », n’a eu de cesse de justifier le prévenu. Analyse de la présidente : « C’est ce qu’on appelle un non-événement, on est d’accord ? »

Le jeune homme, très énervé par cette « histoire de touche-touche », avait non seulement insulté, en termes très vulgaires, les victimes, mais il avait également jeté des objets sur leur voiture, coincée à un rond-point.

Des faits pour lesquels le vice-procureur Jean-Noël Giacomoni a requis un an de prison ferme, avec mandat de dépôt, à l’encontre du prévenu dont le casier judiciaire affichait dix-huit condamnations. Des réquisitions qualifiées d’« excessives » par l’avocat de la défense Me Thierry Benkimoun. « Le casier judiciaire de mon client n’est pas celui d’un grand délinquant. Depuis, il a tourné le dos à des années de galère, il est inséré. »

Hendrik Delaire

(Source : Le Parisien - Edition 77 Nord - 15 novembre 2017)