Chelles, le 2 octobre. Les équipes du service assainissement de la communauté d’agglomération Paris-Vallée de la Marne (PVM) sont intervenues pour localiser l’origine des effluves pestilentiels qui ont nécessité l’intervention des pompiers le mois dernier. LP/Hendrik DelaireLes odeurs nauséabondes qui incommodent les habitants du quartier de La Malnoue depuis plusieurs mois proviendraient de la dégradation des anciennes carrières de gypse de la Montagne de Chelles.

« L’odeur est infecte et pénètre désormais dans notre maison, nous obligeant à calfeutrer nos aérations. Nous avons l’impression de vivre dans un colon géant ! ». Céline n’en peut plus. Tout comme elle, de nombreux habitants du quartier de La Noue-Brossard et de la route de Montfermeil sont exaspérés par les émanations d’odeurs pestilentielles qui empoisonnent leur quotidien depuis plusieurs mois.

En octobre les pompiers avaient dû intervenir et la société de la Nantaise des eaux, délégataire de ce service public qui est de la compétence de la communauté d’agglomération Paris Vallée de la Marne (PVM), avait procédé au récurage d’une fosse et tenté de repérer, sans succès, la cause de ces effluves nauséabonds.

« Ces odeurs fétides se sont amplifiées et étendues aux quartiers du Clos Roger et de Périchelles, cela touche plusieurs milliers de personnes dont les enfants de l’école maternelle des Aulnes », s’insurge Céline, qui s’inquiète pour les effets sur la santé. « J’ai des maux de gorge et des nausées qui me réveillent parfois en pleine nuit alors que je suis enceinte ! »

Du soufre issu de la dégradation du gypse

Après plusieurs semaines d’investigations, l’intercommunalité pense avoir identifié la source de ces relents putrides. « Ces mauvaises odeurs n’émaneraient pas de notre réseau d’assainissement mais de la dégradation du gypse des anciennes carrières de la Montagne de Chelles. Suite à cette détérioration, du soufre se serait échappé de cavités avant de terminer sa course dans le réseau par infiltration d’eau. Le site se trouve sur le territoire de la commune de Chelles, qui est compétente pour régler ce problème avec notre appui », affirme un responsable de PVM.

Mais du côté de la municipalité de Chelles on ne veut pas porter le chapeau. « Quelle qu’en soit l’origine c’est un problème de réseau d’assainissement. S’il y a des fuites c’est à PVM de les colmater », précise un responsable de la municipalité de Chelles. Ce dernier rappelle que si le Fort de la Montagne se trouve bien sur le territoire de la commune, les espaces verts dépendent de l’intercommunalité.

« Une réunion conjointe avec les équipes techniques de l’agglomération et de la municipalité est prévue ce lundi pour régler ce problème », confie ce responsable chellois.


 À Villeparisis, on se pince le nez place Henri-Barbusse

« Depuis plus d’un an et demi, les mauvaises odeurs incommodent tous les riverains et les usagers de la place Henri-Barbusse, où se trouvent le bureau de poste et plusieurs commerces ».

Avec ses camarades de l’association européenne des Amis de la Terre, Bernard Bauwens dénonce depuis des mois les exhalaisons infectes qui s’échappent d’une cuve de rétention d’eaux pluviales située place Henri-Barbusse à Villeparisis.

« Lors des travaux de rénovation en 2014, les réseaux n’ont pas été refaits. Nous reprenons depuis les travaux d’assainissement mais on ne réglera pas le problème du jour au lendemain », répond le maire Hervé Touguet (LR).


 Hendrik Delaire

(Source : Le Parisien - Edition 77 Nord - 02 novembre 2017)