Les 9 barres d’immeuble des « Arcades Fleuries » vont être détruites. (©La Marne)Dix ans de travaux, démolition, réhabilitation, création d'espaces verts... C'est un changement majeur que s'apprête à vivre la cité cheminote. Au total, ce sont 882 logements qui sont concernés.

Les cadenas sont posés sur les grilles qui se dressent devant des maisons emmurées. Les permis de démolition sont apposés et des habitations attendent les premiers coups de pelleteuse. Presque cent ans après la construction des premiers pavillons en 1926, la cité cheminote s’apprête à changer de visage.

526 nouveaux logements

Des années 20 aux années 60, la « cité » a été témoin des évolutions de politique de la ville en matière de logement. Les pavillons ont vu s’ajouter neuf barres d’immeuble. Ce sont ces 311 logements collectifs et des pavillons des « Arcades Fleuries » qui vont être détruits pour reconstruire 526 nouveaux logements. « C’est un projet ambitieux. On ne peut que se réjouir de cette requalification », s’est félicité Brice Rabaste, maire de Chelles, en conseil communautaire.

Parmi ces logements qui vont être construits : 105 maisons individuelles et 387 appartements. Sans compter la construction d’une résidence de 34 appartements pour personnes âgées. Au total, cette opération de démolition et reconstruction va coûter 62 millions d’euros.

Les équipements sportifs sont dans un sale état. (©La MarneLes locataires relogés

Cette démolition sera l’occasion de totalement changer la face des Arcades fleuries. Fini les tours et les parkings, place aux espaces verts et « liaisons douces » avec une priorité pour les piétons et les vélos.

Mais avant la démolition de ces logements, les locataires seront relogés. « Nous allons engager un prestataire social pour aller voir les locataires et leur proposer des offres de relogement », assure-t-on à la communication de ICF Habitat. Avant de voir la destruction de ces barres d’immeubles, il peut donc s’écouler plusieurs années.

Certains pavillons sont prêts pour la démolition. D’autres seront réhabilités. (©La Marne)Pavillons réhabilités

En parallèle, un autre chantier à part entière concerne la réhabilitation des pavillons construits à partir de 1920. Ces logements construits en 1926, 1948 et 1986 ne sont plus aux normes concernant les performances énergétiques et la sécurité.

De nouvelles chaudières et radiateurs, sans compter une remise aux normes électrique, seront mis en œuvre dans les 526 logements concernés. Une meilleure isolation intérieure et extérieure sera aussi mise en place dans ces pavillons. Au total cette opération devrait coûter 35 millions d’euros.

Pierre VEILLE

(Source : Journal "La Marne" - 23 octobre 2017)