Chelles, ce lundi matin. Les équipes du service assainissement de la communauté d’agglomération Paris-Vallée de la Marne (PVM) tentent de localiser l’origine des effluves pestilentielles qui ont nécessité l’intervention des pompiers ce dimanche en fin d’après-midi. LP/Hendrik Delaire

Les pompiers ont dû intervenir ce dimanche soir pour régler un problème de mauvaises odeurs récurrentes émanant du réseau d’égouts au niveau de la route de Montfermeil à Chelles, et qui s’est aggravé ce dimanche.

« Ces mauvaises odeurs sont récurrentes depuis plusieurs mois. Ça sent si fort l’œuf pourri que je suis obligée de fermer mes fenêtres. Je n’ose plus accueillir d’amies chez moi ». Comme Madeleine, les riverains de la route de Montfermeil à Chelles commencent à être exaspérés par les mauvaises odeurs qui émanent de façon récurrente du réseau d’égout et empoisonnent leur quotidien.

Ce dimanche, 17 pompiers sont intervenus en fin d’après-midi dans plusieurs habitations de la rue pour relever la teneur de sulfure d’hydrogène, produisant cette odeur caractéristique, suite à l’aggravation de ces exhalaisons fétides. Après avoir vérifié que cette concentration n’était pas nocive pour la santé des habitants, les pompiers ont inondé les égouts pour tenter de régler le problème.

Si l’opération a atténué ces effluves pestilentiels, ce lundi les personnels du service assainissement de la communauté d’agglomération de Paris-Vallée de la Marne (PVM) recherchaient toujours activement la source de ces relents nauséabonds persistants après avoir effectué le curage d’une fosse.

« Heureusement que nos clients sont compréhensifs mais la situation commence s’éterniser », s’impatiente un salarié de la pizzeria, qui subit également le désagrément. « Les pompiers nous ont demandé de rester chez nous lorsqu’ils faisaient les relevés. Malheureusement, nous commençons à nous habituer et à ne plus faire attention à ces odeurs », se résigne Filomena, une habitante du quartier.

 «Nos services sont en cours de diagnostic avec ceux de la Nantaise des eaux, délégataire du service public d’assainissement pour identifier la source du problème. Nous en saurons plus ce mardi », indique le conseil communautaire de l’agglomération PVM.

Hendrik Delaire
(Source : Le Parisien - Edition 77 Nord - 02 octobre 2017)