Chelles, ce jeudi matin. Le maire Brice Rabaste (LR) a décidé de revenir à la semaine de quatre jours dès cette rentrée scolaire. « Je prends ce qu’il y a à prendre de chaque gouvernement et j’ai voulu saisir cette occasion tout de suite », explique-t-il. LP/A.A.Le maire de Chelles, Brice Rabaste (LR), fait le point sur la rentrée scolaire dans la ville la plus peuplée de Seine-et-Marne. Et souligne le succès du soutien scolaire en ligne gratuit.

Les changements et les nouveautés concernant l’éducation se poursuivent à Chelles. Des cinq communes les plus peuplées de Seine-et-Marne, la ville dirigée depuis 2014 par Brice Rabaste (LR) est la seule à revenir à la semaine de quatre jours dès cette année.

« Je prends ce qu’il y a à prendre de chaque gouvernement et j’ai voulu saisir cette occasion tout de suite », expliquait le jeune élu à l’occasion d’une conférence de rentrée. Il s’est attardé au cours de celle-ci sur les autres dossiers du moment.

Un nouveau groupe scolaire à la rentrée prochaine. Dans les cartons depuis au moins deux ans, le nouveau groupe scolaire du centre-ville est annoncé pour septembre 2018. Il devrait permettre de soulager les autres écoles du secteur : Tournelles, Lise-London, Jules-Ferry…

Brice Rabaste promet un bâtiment fait de briques et de meulières, « avec de grandes salles de classe ». Dotée de trois niveaux, l’école comptera quinze classes — six en maternelle et neuf en élémentaire — et pourra accueillir plus de 350 élèves.

Son nom sera choisi par les membres du conseil municipal des enfants parmi ceux de quatre illustres écrivains : Victor Hugo, Jules Verne, Alexandre Dumas ou Jean de la Fontaine.

Un fonds documentaire sur la Seconde Guerre mondiale. Le nom de Joseph Joffo résonnera aussi aux oreilles des élèves. A partir de cette rentrée, chaque école disposera d’une malle de livres liés à la Seconde Guerre mondiale, parmi lesquels le célèbre « Sac de billes » de celui qui était alors un enfant juif sous l’Occupation.

Cette action découle de la création du Fonds Lederman, du nom d’une famille chelloise morte en déportation. Celui-ci a été financé grâce au fruit de la vente de leur maison de l’avenue de l’Etoile-d’Or, en lisière de Gagny (Seine-Saint-Denis).

Près de 1 500 adeptes du soutien scolaire en ligne. Le 1er mars dernier, la municipalité offrait la possibilité gratuite à tous les élèves de la commune, du CP à la Terminale, de bénéficier d’une plate-forme de soutien scolaire en ligne. Depuis, 1 496 jeunes Chellois y sont abonnés.

« Deux tiers d’entre eux l’utilisent régulièrement, se félicite le maire. Nous nous disions qu’à partir de mille inscrits, le système aurait une utilité. »

La plate-forme d’Acadomia est accessible depuis les écoles, les centres sociaux et la médiathèque. Les professeurs semblent s’en accommoder. « Il n’y a pas eu de levée de boucliers, c’est bon signe », sourit Brice Rabaste.

Alexandre Arlot

(Source : Le Parisien - Edition 77 Nord - 10 septembre 2017)