Illustration. Des policiers du commissariat de Chelles ont découvert, jeudi à Vaires-sur-Marne, près d’une vingtaine de bouteilles remplies d’acide chlorhydrique par deux lycéens chez leurs parents. DR

Ils ont publié sur Snapchat une vidéo les montrant en train de confectionner une banderole anti-Front national et d’exhiber une bouteille contenant de l’acide chlorhydrique.

Les 17 bouteilles explosives qu’ils ont confectionnées avec de l’acide chlorhydrique et des feuilles d’aluminium n’étaient pas destinées à des travaux pratiques pour leur cours de chimie. Elles ont conduit à l’interpellation, jeudi à Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne), de trois lycéens âgés de 17 ans qui seront présentés devant un juge des enfants le 15 juin prochain, jour du baccalauréat de philosophie, en vue de leur mise en examen pour «participation à un groupement en vue de violences, de dégradations ou de destructions et pour fabrication d’engins explosifs ou incendiaires non autorisés».

L’affaire débute dans la matinée lorsque le lycée Gaston-Bachelard à Chelles alerte le commissariat : deux élèves de terminale ont publié la veille sur le réseau social Snapchat une vidéo les montrant en train de confectionner une banderole anti-Front national et d’exhiber une bouteille contenant de l’acide chlorhydrique. Les ados incitent leurs camarades à bloquer l’établissement le jeudi matin dans le cadre de la manifestation lycéenne contre la présence d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Les images diffusées sont accompagnées de commentaires du style «Terrifiant, on est prêts» ou «Quand la France recule, Le Pen l’enc…»

Le blocage du lycée Bachelard n’ayant finalement pas eu lieu, les policiers n’y trouvent pas les deux élèves recherchés qui sèchent les cours. Ils se rendent alors chez leurs parents à Vaires-sur-Marne. Contactés par téléphone sur leur lieu de travail, ils expliquent aux policiers que leur enfant respectif avait l’intention de se rendre à la manif, place de la République à Paris. Le père de l’un d’eux revient alors chez lui pour assister les enquêteurs dans leurs perquisitions.

Les ados nient avoir voulu les utiliser

Dans le jardin où les images semblent avoir été tournées, les forces de l’ordre retrouvent une bouteille en plastique contenant de l’acide chlorhydrique et deux bouteilles vides. L’une d’elles contenait des feuilles d’aluminium fondues dégageant une forte odeur d’acide. C’est ce mélange explosif d’acide et d’aluminium destiné à blesser que les deux adolescents ont testé dans le jardin. Une version des faits confirmée par le voisinage qui a entendu des détonations la veille.

Vers 12 h 40, à leur retour au commissariat, les policiers aperçoivent l’un des suspects à la gare de Vaires-sur-Marne en compagnie d’un autre adolescent de 17 ans habitant Lagny-sur-Marne. Ils les interpellent aussitôt. Le second suspect de la vidéo se rendra de lui même au commissariat de Chelles à 14 heures. Chez ses parents, les enquêteurs retrouvent 16 bouteilles d’acide prêtes à l’emploi.

En garde à vue, les trois mineurs ont reconnu avoir fabriqué ces bouteilles mais nient avoir voulu en faire usage. Les policiers n’ont pas pu déterminer si les jeunes avaient participé à la manifestation à Paris. Ni s’ils avaient utilisé leurs engins explosifs.

Hendrik Delaire

(Source : Le Parisien - Edition 77 Nord - 02 mai 2017)