Chelles, le 4 octobre. « Y a-t-il deux listes, l’une pour les conseillers municipaux de la majorité et l’autre pour ceux de l’opposition ? », s’interroge l’élu d’opposition Paul Athuil (en chemise et veste blanche). LP/A.A.Absente des vœux au personnel,
l’opposition s’estime blacklistée

Le premier conseil municipal de l’année à Chelles n’avait pas commencé depuis dix minutes ce mardi soir, qu’une première polémique s’est invitée dans les débats. La pomme de discorde ? La cérémonie des vœux au personnel communal qui s’est tenue samedi 7 janvier… et à laquelle les élus de l’opposition, prévenus deux jours plus tôt, n’ont pas assisté.

« Je trouve regrettable que l’on n’ait pas été averti en temps et en heure, a déploré Paul Athuil (SE), élu du groupe d’opposition Unis pour Chelles. Y a-t-il deux listes, l’une pour les conseillers municipaux de la majorité et l’autre pour ceux de l’opposition ? » Preuve selon lui de la bonne foi de son équipe, le maire Brice Rabaste (LR) a lancé à l’opposition : « C’est nous qui nous sommes rendu compte qu’on ne vous avait pas averti en temps et en heure. » Par ailleurs, une affiche annonçant la cérémonie aurait été placardée il y a plusieurs semaines dans les locaux du groupe Unis pour Chelles.

Ces arguments n’ont pas convaincu l’opposition. « Nous représentons 43 % des Chellois, nous ne demandons pas une faveur mais à être traité comme tout le monde », peste Paul Athuil. « Le maire l’a fait sciemment, estime Lydie Autreux (PS). C’est inadmissible, d’autant que c’est la deuxième année de suite. » Jamais deux sans trois ? Pour éviter toute polémique dans un an, Brice Rabaste a annoncé lors du conseil la date de la prochaine cérémonie des vœux au personnel municipal : le samedi 13 janvier 2018. « Et vous êtes invités ! », a-t-il lancé dans un sourire aux élus d’opposition.

Alexandre Arlot

(Source : Le Parisien - Edition 77 Nord - 12 janvier 2017)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer