Guy GeoffroyLa chronique quotidienne du député Guy GEOFFROY - 26 juin 2013

« IL Y A DES JOURS PAS TOUT A FAIT COMME LES AUTRES…. »

3 anciens Ministres sur la sellette, et dans des positions différemment confortables…

Le premier s’appelle Strauss-Kahn.

Avant-hier, diva des socialistes, des sondages, des journalistes et du FMI réunis. L’Elysée lui était garanti ! Rien ne devait lui résister ; sauf ses travers maladifs en matière sexuelle, pourtant connus du « tout Paris » et qui n’ont pas cessé, depuis ce jour fatidique de mai 2011, de détériorer son image et de casser son prestige au point d’un faire un paria, à commencer dans son propre camp.
Et le voilà qui revient en donneur de leçon….d’économie. Et pas n’importe où ! Au Palais du Luxembourg, siège du Sénat, comme si de rien n’était….

Le second s’appelle Cahuzac.
Aussi brillant, et peut-être plus ! que le précédent. Star montante de la socialie conquérante, successeur du très bon Didier Migaud à la tête de la Commission des finances de l’Assemblée Nationale, Ministre quasi naturel du budget dès l’accession au pouvoir de François Hollande, promis au plus bel avenir par sa compétence, son parler clair et direct, sa capacité de bretteur face à l’opposition. Bientôt Matignon ?
Et qui disparaît des écrans radars des destins prometteurs après qu’ait été révélé puis confessé l’incroyable, l’inimaginable, l’existence d’un compte en Suisse au nom du Ministre en charge de la lutte contre….. la fraude fiscale !
En « visite » aujourd’hui à l’Assemblée à « l’invitation » de la Commission d’enquête chargée d’y voir clair dans le déroulement des choses depuis le 5 décembre (lancement de l’affaire par Médiapart) jusqu’au 2 avril (aveux publics de l’intéressé)…..

Le troisième s’appelle Tapie.
Nanard pour les intimes. Un des plus gonflés et des plus gouailleurs des acteurs de la vie publique, au sens large du terme, depuis 30 ans. Eclectique, passionné par l’argent et le revendiquant, acheteur d’entreprises en difficulté comme marchepied vers la puissance financière, patron dans le sport et…dans les affaires, puis dans la presse, député, Ministre…. Souvent annoncé comme perdu et liquidé, mais toujours de retour sur son cheval, et aujourd’hui en garde à vue prolongée à propos de cette « affaire » Adidas/Crédit lyonnais, avec une possible perspective de mise sous séquestre de tous ses biens….
A l’infirmerie de l’Hôtel Dieu pour y subir les interrogatoires….

Rien que du beau monde, plutôt ou franchement à gauche (nul n’est parfait !) même si Nanard a atterri chez les radicaux de gauche tout en étant autant honni qu’apprécié par les autres partis de ce camp, et en affichant clairement sa préférence pour Sarkozy avant, dernièrement de lancer des petits appels du pied au camarade Hollande ( Ca sentait peut-être déjà le roussi ?).

Du beau monde qui se retrouve le même jour sur le devant de la scène.

Le premier, sans complexe, comme il y a quelques jours à Roland Garros avec sa nouvelle conquête, qui tente de reconquérir une virginité qu’il aura bien du mal à récupérer. Mais les gens sont tellement malléables et soumis à des pertes de mémoire…..

Le second, plus « en dedans » mais prêt à bondir dès qu’il entrevoit la possibilité de montrer les griffes quand une question posée par un parlementaire reste incertaine et lui permet ou de botter en touche avec un soupçon d’arrogance ou d’asséner une aimable vacherie avec l’air de ne pas y toucher.
Beau moment en effet que celui au cours duquel il est allé jusqu’à dire son regret d’avoir si bien réussi à convaincre Hollande et Ayrault de sa totale innocence, sans qu’ils aient ni l’un ni l’autre idée de revenir à la charge devant la montée de la suspicion. Habile et cynique façon de les renvoyer à leur étonnante légèreté dans cette sinistre affaire.
Et quand il renvoie sèchement dans leurs buts ceux qui lui attribuent l’exclusivité des motifs de la déroute de la gauche à la législative de Villeneuve sur Lot…

De quoi donner de la matière au livre qu’il a reconnu être en train d’écrire, dont le succès est déjà quasiment acquis. Et on peut penser, après être resté a jeun aujourd’hui, que le damné du camp socialiste ne manquera pas d’y être plus disert que devant la Commission d’enquête qui a le malheur d’être par nature privée de ce que la justice seule est supposée connaître.

Tout cela d’un seul coup fait un peu sourire, car ça fait vraiment beaucoup pour un seul jour.
Mais cela crée également un malaise, à la limite de la nausée, devant tant de choses et d’hommes décalés face à une opinion déboussolée qui n’a vraiment pas besoin de ces spectacles peu ragoutants.

Et pour couronner le tout, ce soir, une information qui devrait nous réjouir tous mais qui semble vraiment être trop belle pour être vraiment…vraie : le chômage se stabilise.
Et même les journalistes qui rivalisent d’explications prudentes pour dire combien tout ceci reste fragile…
Fragile surtout parce que reposant pour beaucoup sur l’artifice, savamment manié par le gouvernement, des emplois aidés, payés à crédit par la Nation et qui, s’ils peuvent faire baisser les statistiques, ne créent pas un seul centime de richesse supplémentaire qui pourrait garantir la véritable inversion attendue de la courbe du chômage.

Et, au cas où on en voudrait encore, l’annonce benoite et stupéfiante, ce matin, par l’ineffable Peillon, de 10 000 enseignants de plus que les 60 000 déjà annoncés…Financés comment ? Nul ne le dit et peut-être que nul ne le sait......

On n’est pas loin du délire sur toute la ligne mais peut-être devrais-je me réveiller…..et pourtant je ne me suis pas encore couché !

Décidément, il y a des jours pas tout à fait comme les autres…..

Ce mercredi 26 juin 2013,

Guy GEOFFROY