Quoi de neuf à Chelles ?

06 février 2018

Seine-et-Marne : les pompiers sauvent un homme tombé dans une cheminée du fort de Chelles

Chelles, le 4 février. Les pompiers du groupe de reconnaissance et d’intervention en milieux périlleux (Grimp) ont secouru un homme tombé dans un conduit de cheminée du fort de Chelles, ce dimanche. Sdis 77C’est une intervention inhabituelle qu’ont dû effectuer les pompiers ce dimanche en fin d’après-midi à Chelles. La raison ? Un homme a fait une chute dans l’un des conduits de cheminée du fort de la commune, à proximité de la caserne.

Les faits se sont produits entre 17 heures et 19 heures. Les pompiers du groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (Grimp), dont certains de Chelles, ont eu recours à un tripode doté d’une poulie pour extraire la victime de la cavité.

Une fois secouru, l’homme a été examiné par les pompiers et par une équipe du Samu. Il n’a pas été blessé et a pu regagner son domicile. On ignore pourquoi il s’est retrouvé coincé dans le conduit de cheminée.

Alexandre Arlot

(Source : Le Parisien - Edition 77 Nord - 05 février 2018)

04 février 2018

Chelles. Argent liquide : un problème pour la rue Gambetta ?

Le distributeur au bout de la rue est souvent à sec. (Photo d’illustration) (©Pixabay)L'argent liquide ne coule pas à flot dans la rue Gambetta. Un problème qui se paye parfois cash pour des commerçants de l'une des principales rues commerçantes de la ville.

« À la boucherie, on a une clientèle assez âgée. Parfois, on se retrouve à faire des paiements par carte bleue pour 2 ou 3 € », raconte une commerçante de la rue.

Dans cette boucherie, les propriétaires paient des frais bancaires de 44 centimes pour chaque paiement effectué par carte. Pour des petites sommes, difficile de faire de gros bénéfices sur chaque produit vendu.

Il y a pourtant un distributeur au bout de la rue Gambetta :

"Il est souvent à sec. Les personnes âgées doivent se déplacer jusqu’à l’avenue de la Résistance pour avoir de l’argent liquide."

Une distance pas très longue pour arriver à La Poste de l’avenue mais, pour une personne d’un certain âge, ça peut être compliqué.

Petits arrangements entre amis

Dans un tabac de la rue Gambetta, il n’y a pas de problème. Avec un minimum pour la carte de bleue de 15 €, il suffit de prendre deux paquets de cigarette pour pouvoir arriver au seuil.

« La majorité de mes clients payent en carte bleue. J’ai mis un minimum de 10 € pour le paiement par carte », raconte la gérante du pressing Miranda. La plupart du temps, les choses se passent bien mais c’est avec une clientèle plus âgée que les choses se compliquent :

"Ce sont surtout ces clients qui râlent un peu. Le distributeur est assez loin dans la rue."

La commerçante arrive à se débrouiller avec ses clients habituels pour qu’ils puissent régler leur note : « Si certains n’ont pas leur carte avec eux, on s’arrange. Ils peuvent repasser après pour payer ».

Renflouer le distributeur

Ces petits arrangements entre commerçants et clients font partie de la vie des commerces de proximité. Reste maintenant au Crédit Agricole situé, au bout de la rue, à faire en sorte que l’argent continue de couler dans la rue Gambetta.

Contactée, l’agence n’a pas pu répondre à nos questions pour des raisons de sécurité et de confidentialité.

L’argent liquide coulera-t-il de nouveau à flot dans la rue Gambetta ?

Pierre Veille

(Source : Journal La Marne - 04 février 2018)